>
 

Développement personnel et santé mentale


Le développement personnel fait partie de ces pratiques qui suscitent à la fois beaucoup d’intérêt et d’interrogation, voire de la suspicion ou de la méfiance. Le terme développement personnel renvoie à une grande variété d’ouvrages, de techniques et de pratiques qui touchent aussi bien l’univers des particuliers que celui des entreprises. Les publications académiques associent régulièrement le développement personnel au coaching, au management, à la formation mais aussi à la santé mentale, la thérapie, la relation d’aide et le conseil. Dans la plupart des cas, le développement personnel a des racines dans :

  • la philosophie, dont plus spécifiquement la philosophie antique

  • la psychologie moderne, dont plus particulièrement la psychologie humaniste et la psychologie positive

Une des questions fondamentales qui se posent à propos du développement personnel concerne son champ d’action. Comment déterminer si une pratique fait ou pas partie du développement personnel ? Et ainsi, comment déterminer le domaine de compétence d’un praticien de développement personnel ?


La santé mentale est un des critères que nous pourrions choisir Pour le philosophe Michel Lacroix, le développement personnel concerne les individus mentalement sains. En ce sens, il est important de le distinguer des pratiques de psychothérapies : « le développement personnel n’est pas la psychothérapie ; il est d’un autre ordre que la psychologie clinique ».  En effet, selon Lacroix, le cadre et la nature de l’interaction entre le client et son formateur ou conseiller sont différents de ceux du patient avec son psychothérapeute. De plus, en référence à la théorie des besoins de Maslow, l’une prend en charge les besoins de base, tandis que l’autre s’occupe des besoins de développement ; l’une se consacre au processus de « guérison », l’autre cherche à déclencher une dynamique de « maturation ».