>
 

L'ESPACE DE TRAVAIL,

LEVIER D'AMELIORATION DE LA QVT

Agence BToB Classy / Actualités / QVT et environnement de travail

pexels pixabay.jpg

Crédit photo Pixabay provenant de Pexels

La qualité de vie au travail (#QVT) est un sujet de débat pour de nombreuses raisons.


Abordée par de plus en plus d’entreprises, elle s'est imposé depuis ces dernières années comme un sujet majeur en devenu l’affaire de tous.
 

Nous savons aujourd'hui que certains facteurs liés à l'entreprise, aux tâches confiées, à l'ambiance de travail, ont un effet direct sur la motivation des employés; mais l’espace dans lequel une équipe évolue est également une source de conditionnement pour les individus.
 

Comment exactement ces deux concepts peuvent-ils être liés ?

1. L'environnement de travail et l'engagement

La nouvelle approche du design conduit à redéfinir l'environnement en entreprise de manière surprenante : en fonction de la personnalité de chacun bien sûr mais surtout par l'activité ou la mission à accomplir.

  
Ainsi, alors que l'imagination voit le bureau organisé simplement entre un espace +/- ouvert de collaboration, une cafétéria pour zone d'échanges informels et quelques salles de réunion aux capacités différentes, les nouveaux espaces exigent une plus grande variété de lieux.

En 2011, le cabinet de consulting américain Cheskin Research a réalisé une enquête menée aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Inde et en Australie dans 14 entreprises identifiées comme hautement collaboratives. A travers l'analyse de 2900 événements, les chercheurs ont pu disséquer le processus de collaboration, en observant par exemple les associations entre les comportements et les environnements dans lesquels ils se sont produits. Il a pu ainsi être mis en évidence que 70% de la collaboration se faisait à l'intérieur de l'enceinte même des bureaux. Les recherches ont également montré une déconnexion entre l'essence des besoins des gens et la perception de l'organisation de ces besoins.

 

Malgré les nombreux efforts des entreprises, les deux-tiers des collaborateurs évitent encore aujourd'hui les espaces de réunion parce qu'ils ne répondent pas à leurs besoins.

Les principales conclusions de ces travaux de recherches montrent qu’une grande majorité (entre 75 et 99 %) des responsables interrogés pense que la création d’espaces « améliorant la mobilisation des employés » constitue pour l'entreprise une priorité stratégique.

2. A chaque mode de travail un aménagement spécifique

La société de création de mobiliers de bureaux Herman Miller a mis en évidence dix comportements clé, trois d’entre eux appartiennent à la catégorie « Seul » (Traiter/Répondre, Contempler, Créer), contre sept pour la catégorie « Ensemble » (Bavarder, Échanger, Co-créer, Répartir le travail/Mener à bien une mission, Se réunir, Montrer/Dire, Échauffer/Apaiser).

Illustrations hermanmiller.com

Les travaux de leur département R&D ont permis d’établir des définitions détaillées et convaincantes pour tous ces comportements. Par exemple, le comportement « Répartir le travail pour mener à bien une mission » peut être défini ainsi : « une équipe poursuivant un objectif commun estime qu’il est extrêmement utile de travailler sur les différents éléments constitutifs d’un projet tout en maintenant la proximité entre ses membres. Le fait de travailler en parallèle permet de résoudre les problèmes rapidement et favorise une collaboration spontanée. Les membres du groupe mettent en commun les évolutions et le contenu du projet au fur et à mesure de la progression vers l’objectif ».

 

Cette redéfinition des espaces selon les activités accompagne la mutation du travail. 

 

Tout comme les modes de travail, les aménagements d'espaces doivent proposer des solutions spécifiques. Chacune des créations de l'agence BToB Classy possède des fonctions, une taille, une couleur thématique et une finalité sociale différentes.

Les psychologues (et les psychanalystes d'orientation lacanienne) ont l'habitude de différencier ce qui nous entoure en trois niveaux de lecture : le réel, l'imaginaire et le symbolique.

Le niveau du réel est décrit à partir des caractéristiques physiques d'un environnement (ou d'un objet) ; il détaille ce qui le constitue . Ce sont des faits objectifs, raisonnés, logiques

 

► "dans cette salle de réunion, je perçois la disposition des chaises, l'emplacement de la table, les supports qui me sont proposés …"

Le niveau du symbolique ramène au sens des mots, des représentations.

"le nombre de participants me permettra t'il d'avoir le temps d'expression que je souhaite ?, la chaise que l'on m'a attribuée dans la salle reflète t'elle l'importance de mon statut ou mon appartenance à un groupe ?"

Le niveau de l'imaginaire, en prenant une image simplificatrice, ramène au rêve ; le rêve est une production de l'imaginaire dans le sens où il fait abstraction du réel en ignorant les lois du naturel, les lois de la réalité : tout est permis 

 "pourquoi cet espace entre t'il en résonnance avec celui que je suis en entreprise ?, comment ma perception de cet environnement me permet de mieux comprendre les enjeux auxquels je suis confronté dans mon management ?"

 

 

Cette distinction de niveaux est importante pour évaluer notre perception de l'espace ; pour conjuguer intelligence collective et compétences émotionnelles en entreprise, il est toujours pertinent de proposer toutes ces dimensions dans un même espace de discussion.

 

La perception s’appuie sur le réel, alors que la représentation est issue de l’imaginaire, de l’évocation…

 

En résumé, une représentation est la reconstruction subjective d’une situation en son absence, c’est l’évocation mentale qu’un mot, un thème, un lieu provoque. Une représentation repose sur une vision individuelle et intime issue de notre éducation, notre culture, de nos propres valeurs, d’où l'importance qu'elle représente pour le bien-être et l'épanouissement des collaborateurs dans une confrontation concomitante avec la réalité d'une discussion professionnelle.

4. Pour faire émerger le sens

Très souvent, on perçoit comme on croit. Nous sommes beaucoup plus disposés à mener une discussion qualitative et porteuse de changement dans un espace d'exception que dans une salle qui n'étonne en rien notre perception.

La recherche de sens est une quête qui s'impose de plus en plus chez l'individu, hors le sens est constitué du nouage de l'Imaginaire et du Symbolique. Offrir dans le cadre de la réflexion en entreprise un espace porteur de ces deux registres de l'expérience analytique complémente parfaitement la discussion qui y est menée.

Si le design d'une salle de réunion ne se réduit plus aujourd'hui à ses simples propriétés matérielles, nous pouvons affirmer qu'il peut participer activement à soutenir le besoin de reconnaissance professionnelle des individus tout en satisfaisant aux attentes de l'entreprise en matières d'engagement et de performance.

Sur le même sujet vous aimerez aussi

2.png
Design d'espace

QVT et environnement

de travail

De plus en plus d’entreprises portent une attention particulière au sujet de la qualité de vie au travail en l'abordant sous l'angle de l'environnement de travail.

3.png
L'art en entreprise

Ne louez pas seulement des œuvres d'art, utilisez les !

C’est un fait acquis, l’art et l’entreprise ont une relation de longue date. Jusqu'ici limitée au mécénat ou à l'exposition, l'ère d'un art plus immersif arrive avec force.

4.png
Design Thinking

Le Design au service du management

Cette approche, qui applique en entreprise la démarche d’un designer, s'appuie sur le triptyque redoutable : observation, immersion et co-construction.